logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/02/2011

le patois

Avec du retard

Je relève le défi de Françoise

patois maraîchin

dessin_corbeau.jpeg

 

 




Tout en haut d'un ormeau, un Corbeau était perché

Avec un fromage dans la bouche.
Et voilà qu'un vieux Renard, qui avait un fameux nez,
Vint, pensant : il faut que je le dupe.
« Salut bonjour, lui dit-il.
Eh ! mais je ne vous trouve pas mal !
Dire que je ne l'avais jamais compris
Comme aujourd'hui. » Il battit des ailes,
Et puis il en raconta... Ma foi
Il en dit de bien des manières :
Que s'il avait une jolie voix,
De tous il serait le premier.
Je vous dis qu'il se gonflait d'orgueil ce Corbeau ;
Levait les pieds,
Ouvrit des yeux
Grands comme des couvercles de casserolles.
Mais il ouvrit la bouche aussi,
Et le fromage fut vite par terre.
C'est le Renard qui le mangea,
En lui disant, ce fichu gars :
« Mon vieux Corbeau, il faut bien te rappeler
Que les flatteurs sont bien plus intelligents
Que ceux qui veulent les écouter ;
Ils ne disent pas leurs histoires pour rien. »

Le Corbeau, qui était tout confus,
Dit : « Mon beau filou, c'est sûr que tu ne me berneras plus ! »

 

 

Tot en haut d'un oméa, un' grolle était juchée

Avec un froumag' dans la goule.
Et v'là qu'un vieux Renard, qu'avait un sapré nez,
Védit, pensant : faut qui la roule.
« Salut bonjour, lui dicit-y.
Eh ! mais y vous trouve ja mal !
Dir' qu'y o avais jamais compris
Comme anet'. » A battit daus ales,
Et pis l'en racontit... Ma foi
L'en dicit de bé daus manières :
Qu' si al avait un' jolie voix,
De teurtot's à s'rait la promère.
Y vous dis qu'à s' gormait tchia Grolle ;
Levait les païes,
Ouvrit daus eilles,
Grands comm' daus couverts de castrolles.
Mais al ouvrit la goule aussi,
Et le froumag' fut vite à bas.
T'chiest le Renard qui le mangit,
En li disant, tchiau falli gas :
« Ma vieill' Groll', faut bé te rapp'ler
Que les flatteurs sont bé plus fins
Que tchiels qui v'lant les écouter ;
Le disant pas leurs cont's pour rin. »

La Grolle, qu'était tot' confondue,
Dicit : « Mon béa fi d' vess', sûr que te m' bais'ras pu ! »



 

  • texte d’Eugène CHARRIER, déposé en 1974.

    Dret à couté d’in champ d’citrôles

    A la mintaïe d’in châgn’ courant

    In jour, o v’gnit s’appouer in’ grôle

    Qui t’net dans sin bec de qua d’bianc

    On aret djit dau pain d’ménage

    Mé in r’nard, qui s’trouvet en bas

    A bé vu qu’étet dau feurmage

    - L’voyet sans dout’ pus kier que ma-

    Le s’djissit : Tcheu f’ret bé m’n affaire

    Dépis hier qu’est a qu’i ai mangé ?

    Mé peur l’avouér c’ment va z-i faire ?

    I est bé trop hao peur l’attraper.

    Les grôl’s sont daux baït’s qu’ol apprive,

    Attends, i m’enva la fiatter.

    Bonjour, madame la rein’ daux gnasses,

    Keum veutr’ renkintr’ me rend heureux !

    I cré que v’s ét’s la pus bell’ race

    Peurmi tous les osés qu’i c’neu.

    Qu’ést-o que v’ mettez su vos piumes

    Peur lés fair’ teurluser si bé ?

    On djiret que l’soulail s’allume

    Dedans, a sont c’m in vrai miroué.

    Est pas tout tcheu. i v’ dra bé saouére

    Si v’ chantez bé en peurpociin

    Si v’ voyez l’chantre dau Boupère

    Tâchez din qu’ le v’ doun’ quuqu’ lecin

    Après tcheu, v’ s’ rez bé le peurmère

    De tout’s lés baït’s daux envirins.

    La grôle étet dev’nue si fière

    D’s’entendr’ parler d’pareill facin

    Qu’a s’djissit : I va ii faire ouère

    Qu’i chante aussi bé qu’Giraudin.

    A s’éjaugruit in’ goulaïe

    Qui fit r"tentchir lés alentours

    Si fort qu’lés osés d’la fouraïe,

    Pauvr’s p’tchits’s baït’s en feurmiront d’pour.

    Mé tcho bè feurmage, tout c’m in’ boule

    Qu’a t’net dans sin bec si sain-n’ ment

    A mesur’ qu’alle ovrit la goule

    Timbit dans in mincè d’serment.

    Le r’nard, sans perdre in’ sul’ seguinde

    D’sa patte écarte lés érindes

    Pis, après l’aouér’ ramassé

    Leuv’ le naï vers la pauv’ gröle

    Qu’avet pris in ér si peunao

    Si étouné, si bêt’, si drôle.

    Pis l’ii fit in djiscours c’m o foa :

    I pé pas t’kimprendr’, ma pauvr’ baïte

    Djissit euil, d’in ér putout sec

    O faut bé qu’ t’ éjs rin dans la taïte

    Peur chanter quand t’as d’qua dans le bec

    Si i ai t’nu in pareil langage

    T’aras bé dû o ouére avant

    Ol étét qu’i v’la tin feurmage

    Astur, tu pés bé fout’ le camp

    Ecout’ pus jamais lés fiatt’ries

    Ine autr’ foués, quand in’ baÎt’ keum ma

    Vindra t’rakinter daux ment’ries,

    Sing’ bé, qu’a vut quuqu’ chous’ de ta.

    Su tcheu la grôl’ prit s’n envoulaïe

    Mé o sit pas sans rouspéter.

    O ii fallit tout’ la réciaïe

    Peur trouver d’qua peur sin souper.

17:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

C'est bien sympa totes ces fables du corbeau en patois
Je vous souhaite un tres bon dimanche Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 12/02/2011

Félicitation! Quelle richesse la langue française et ses patois!
Bon dimanche Anne-Marie
Christiane

Écrit par : christiane06 | 12/02/2011

Effectivement, tu es en retard mais ça vaut le coup.....car tu nous montres un autre aspect du patois français....
Bon dimanche
Bisous
Anita.

Écrit par : anita | 13/02/2011

Coucou Anne-Marie !
Tu as osé le faire , bravo ! il vaut le coup ce patois Maraîchin , côté Vendée je suppose .
Merci d'avoir participé . Bonne saint Valentin avec André ton zamour .
Bonne soirée bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 14/02/2011

la vendée n'est pas loin de chez moi
mais ce n'est pas le meme patois je le comprends
mais ne sais pas l'ecrire

bonne journee bises jacqueline

Écrit par : pasquet | 17/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique