logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/04/2012

le vieux Jardinier

 

La supplique du vieux jardinier



Combien me reste-t-il de printemps à semer

Quand le soleil levant dissipe la grisaille?

Perce-neige et crocus, plantés dans la rocaille,

Seront les tout premiers pour venir nous charmer

L'odorant seringa, le muguet, la jonquille,

Les arbres du verger, tout habillés de blanc,

Ecoutent, stupéfaits, la grive qui babille

Et les éclats de voix d'un merle conquérant.

 

450px-Jonquille.jpg

 


Combien me reste-t-il d’étés à contempler

Quand la lune est propice au lever des semailles?

Les prés sont tout remplis de champêtres sonnailles.

Les taillis, les buissons de nids vont se peupler.

Le moineau pillera la fraise et la framboise.

Le discret chèvrefeuille embaume les matins,

La frêle campanule a des airs de bourgeoise,

Le rosier souverain exhale ses parfums.

 

100_9054.JPG

 


Combien me reste-t-il d’automnes à subir

Quand septembre apparaît nous tenant ses promesses?

Les jardins, les vergers dispensent leurs richesses

Et l’ouest orageux nous frappe sans faiblir.

L’aronde se rassemble et la maison frissonne,

Notre parterre accueille un dernier papillon;

Quand tout devient muet, la nature s’étonne

Et le merle craintif se cache en son buisson.

 

592px-Tagpfauenauge_(Inachis_io)_d1_1.jpg

 


Combien me reste-t-il d’hivers à redouter

Quand l’aquilon fougueux nous couvre de nuages?

Les oiseaux migrateurs quittent leurs pâturages,

Les bois tout effeuillés semblent se lamenter;

Les champs sont dépeuplés, la nature déserte,

Tout n’est plus que silence engourdi de frimas,

Plus un cri, plus un chant, toute chose est inerte,

Seul, le vent mugissant sévit avec fracas.



Puissent d’autres saisons m’accorder un répit,

J’aime où je vis heureux, j’admire la nature,

J’écoute les oiseaux, j’aime ce qui fleurit,

Mais, quand le temps viendra de l’ultime écorchure,

Fasse que le soleil qui toujours me sourit

Se penchera vers moi pour panser ma blessure.



Poème de Jacques-Maurice Sutherland

 

BONNE SOIREE

 

16:26 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Jolie note Anne Marie
Beau textes et belles photos.
Bisous
Anita.

Écrit par : anita | 07/04/2012

je venais voir si tu avais mis une note et je n'ai pas hésité à relire ton beau poème de Sutherland, du coup n'étant plus en trève j'en profite pour te dire que pour une fois le poète connait bien la nature et en parle bellement et de façon juste.
Tant de beaux poèmes sont le fruit de personnes n'auant jamais remarqué le coté culotté des merles, conquerants au printemps et bien plus timides quand le nid est plein de petits ! il faut être un bon observateur !
bises

Écrit par : josette | 15/04/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique