logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/03/2010

LES SAISONS

 

 

Giuseppe Arcimboldo est né à Milan en Italie en l'an 1527 et serait issu d’une famille de peintres.

Célèbre comme auteur de nombreux portraits suggérés par des objets, des végétaux, des animaux ou des objet astucieusement disposés.

Les Saisons

Il s’agit d'une série de quatre tableaux peints par Arcimboldo en 1563 et offerts à Maximilien II en 1569, accompagnés des quatre éléments (peints en 1566). Y est joint un poème de Giovanni Battista Fonteo (1546-1580) qui en explicite le sens allégorique.

Chaque tableau est constitué d’un portrait de profil, composé d’éléments rappelant la saison. L’Hiver regarde ainsi Le Printemps et L’Été, L’Automne.

418px-Giuseppe_Arcimboldo.jpg
489px-Giuseppe_Arcimboldo_-_Winter,_1573.jpg

L'hiver

Un tronc noueux ressemblant à un visage forme le profil d'un vieillard au visage creusé de rides. De petites racines dessinent une barbe clairsemée, la bouche est un champignon, l'oeil une crevasse. Des racines forment la chevelure sur laquelle pousse du lierre, symbole de fidélité. Les tons sombres dominent. Seuls un citron et une orange, rappel nostalgique de l'Italie où naquit Arcimboldo, apportent une touche de couleur au portrait hivernal.

500px-Giuseppe_Arcimboldo_-_Spring,_1573.jpg

Le printemps

radieux contemple le visage décati de l'Hiver. Ce serait une jeune fille, plutôt qu'un jeune homme. C'est la saison du renouveau et les fleurs éclosent, chassant la grisaille de l'hiver. Le visage aux joues roses est composé de lys, de pivoines, de roses, d'églantines, d'anémones. Un lys épanoui décore la chevelure, allusion à la prétention des Habsbourg de descendre d'Hercule. En effet, la légende dit que le lys naquit du lait que donnait Junon à Hercule. La collerette est faite de fleurs blanches et le vêtement de feuillage.

 

495px-Giuseppe_Arcimboldo_-_Summer,_1573.jpg

L'été

est composé de fruits et de légumes. Une courgette forme le nez, l'oeil est une cerise surmontée d'un sourcil en épi de blé. La bouche est une cosse de petits pois entrouverte. Le rouge de la lèvre est constitué de deux cerises. Un pêche forme la joue. L'épi de maïs qui forme l'oreille est une nouvelle céréale venue d'Amérique.

496px-Giuseppe_Arcimboldo_-_Autumn,_1573.jpg

L'automne

C'est le temps des vendanges et sa chevelure est faite de grappes de raisins, de feuilles de vigne et d'une citrouille. Son oeil est une prunelle (!) surmontée d'un épi de blé, son nez une poire, sa bouche une châtaigne éclose, l'oreille est un champignon orné d'une figue trop mûre. Le vêtement est un barrique disjointe tenue par un lien comme Maximilien tient ensemble son empire aux peuples divers.Les deux olives vertes sont un symbole de paix.

Son chef-d’œuvre est manifestement son portrait de Rodolphe II en Vertumne (dieu grec des récoltes et de l'abondance) daté de 1591.

488px-Arcimboldovertemnus.jpeg
451px-Arcimboldo_Vegetables.jpg
453px-Arcimboldo_Agua.jpg
445px-Arcimboldo_Air_(copy).jpg
405px-Arcimboldo_Earth.jpg

D'autres peintures, tout y est représenter pour faire un festin

Manger 5 légumes par jour nous les avons

source wikipédia


 

 

 

10:55 Publié dans OEUVRES | Lien permanent | Commentaires (8)

25/02/2010

Peintre

 

Pour ceux et celles qui aiment la photographie

 

Robert Doisneau est né le 14 avril 1912, à Gentilly, dans une famille bourgeoise. Il étudie les Arts graphiques à l’école Estienne et obtient son diplôme de graveur et de lithographe en 1929. Un an plus tard, il réussit à intégrer l’Atelier Ullmann en tant que photographe publicitaire. En 1931, Robert Doisneau rencontre Jane avec qui il se mariera deux ans plus tard; il devient aussi cette même année l’opérateur d’André Vigneau où il découvrira la Nouvelle Objectivité photographique. C’est en 1932, qu’il vend son premier reportage photographique, qui sera diffusé dans l’Excelsior. En 1934, Renault de Boulogne-Billancourt, l’embauche comme photographe industriel, Robert Doisneau, du fait de retards répétés, se fait renvoyer cinq ans plus tard, en 1939. Désormais sans emploi, il tente de devenir photographe illustrateur indépendant. Robert Doisneau rencontre, peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale Charles Rado, le fondateur de l’agence Rapho. Son premier reportage, sur le canoë en Dordogne, fut interrompu par la déclaration de guerre et la mobilisation générale. Après guerre Robert Doisneau devient photographe indépendant en intégrant officiellement, en 1946, l’agence de photographie Rapho.

Robert Doisneau est l'un des photographes français les plus connus à l'étranger notamment grâce à des photos comme « le Baiser de l'hôtel de ville ». Ses photographies noir et blanc des rues de Paris d'après guerre et de sa banlieue ont fait sa renommée...

Doisneau est un passant patient qui conserve toujours une certaine distance vis-à-vis de ses sujets. Il guette l'anecdote, la petite histoire. Ses photos sont souvent empreintes d'humour mais également de nostalgie, d'ironie et de tendresse.

Il travaillait sur Paris, ses faubourgs et ses habitants  : artisans, bistrots, clochards, gamins des rues, amoureux, bateleurs, etc. Il enregistra pendant près d'un demi-siècle des milliers de portraits du petit peuple de Paris.

Une vidéo sur ses photos

Doisneau.pps

08:18 Publié dans OEUVRES | Lien permanent | Commentaires (5)

23/02/2010

Poulbot Francisque

 

Né à Saint-Denis, près de Paris, de parents instituteurs, il est l'aîné de 7 enfants. Doué pour le dessin, il n'ose cependant pas se présenter à l'École des Beaux-Arts. À partir de 1900, ses dessins commencent à être publiés dans la presse. Il s'installe à Montmartre1914, et épouse en février 1914 Léona Ondernard, avant de partir pour le front, mais il est cependant réformé l'année suivante. Durant la Grande guerre, il signe des affiches et des cartes postales patriotiques, ce qui lui vaudra plus tard, sous l'occupation allemande, une assignation à résidence. Il décède à Paris le 16 septembre 1946 et est inhumé au Cimetière de Montmartre.

800px-A_wounded_soldier_relaxing_in_an_easy_chair..jpg

Très attaché à la vie montmartroise, il avait crée en 1921 la "République de Montmartre" avec ses amis Adolphe Willette, Forain et Maurice Neumont. Pour venir en aide aux enfants nécessiteux de Montmartre, il ouvre en 1923 un dispensaire rue Lepic.

Le néologisme « poulbot » a été créé en souvenir de ses nombreux dessins représentant des titis parisiens : les gamins des rues. Une illustration de Gavroche, le célèbre personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo, en est le parfait exemple.

Sa nièce Paulette, dite Zozo, fille de son frère Paul, qui perdit sa mère alors qu'elle n'avait pas 3 ans, fut probablement élevée par Francisque Poulbot. Elle est ainsi souvent présentée comme sa fille adoptive. Elle épousa le dessinateur Jean Cheval, fils d'Adrien Cheval un de ses amis (il y a par ailleurs eu des séries de cartes postales de Poulbot et Cheval).

403px-PoulbotWarPoilu01.jpg
405px-PoulbotPrisonnerVendée01.jpg
407px-PoulbotPaquetPrisonner01.jpg
407px-PoulbotPrisonnerParis02.jpg
407px-PoulbotWarEmprunt02.jpg

411px-PoulbotWarEmprunt01.jpg

413px-PoulbotWarTabac01.jpg
800px-PoulbotWarPrisonner01.jpg
23828406-carte-postale-ancienne-de-poulbot.jpg

Maman a besoin de la table pour repasser

450px-Flower_shop_in_Paris.jpg

Boutique parisienne vendant les célèbres Poulbot

Poulbot.pps

http://fr.wikipedia.org/wiki/Francisque_Poulbot



 

15:10 Publié dans OEUVRES | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique